Culture et Pensees de Diem Dao
Peinture A l'Age Mur
Auteur: Tuyet Anh Thibault




























Picasso a dit " je ne dessine pas ce que je vois, je dessine ce que je
pense".

J'ai commencé à dessiner et ensuite à peindre en l'espace d'un an à
l'âge... de la retraite.

Ce fut une révélation et je ressentais un bonheur immense de suivre ce que
faisait" mon pinceau " ,de découvrir le changement de couleurs entre elles.
Un émerveillement!
Mon pinceau glissait sur la toile tel un promeneur rêvant d'un monde
multicolore où n'existaient que joie,rires et gaieté mêlés à d'autres
sentiments divers en profusion et à certains moments se glissaient paix, sérénité et douceurs pour apaiser les tourments de l'esprit.
Avant d'atteindre cet état d'âme, je suis passée par d'immenses souffrances
où il m'est très difficile d'exprimer ce que je vois.Comment harmoniser vue et pensée? Les résultats sont parfois décevants.Il m'a fallu rester
sur ma faim et ma soif pendant un certain temps...assez long à mon attente, pour me replonger tout d'un coup sur "l'oeuvre", hâtant de la
terminer afin d'épancher ma "soif" de peur d'y perdre mon âme.
Ce sont des souffrances pour moi créatrices.
Je viens de connaître d'autres souffrances qui me paralysent jusqu'à l'arrêt spontané de penser; et je reste focalisée sur cette douleur
insurmontable de
perdre un être très proche et très cher qui est ma maman et quelques mois
plus tard la disparition de ma demi-soeur qui m'a donné la moitié de son
prénom. J'ai l'impression de perdre la moitié de mon identité. C'étaint des
périodes pénibles où mes toiles étaient grises et "sales" . Ce qui ne correspondait pas à ma nature première. Le facteur "temps" va faire
changer des pensées funestes en m'ouvrant vers d'autres plus positives afin de faire vibrer les couleurs de mes rêves.

Ainsi je rejoins Picasso, non dans sa manière de peindre et d'interpréter ce
qu'il voit mais dans ce qu'il pense.